Love is in the air ou un bref instant de douceur intense

Le soleil m’a chauffé la tête ces derniers jours. 😀 Ou peut-être j’ai trop travaillé… Who cares ? Love is in the air ! Je vous envoie une tonne d’amour, de douceur et de légèreté dans ce monde qui est si souvent exigeant, violent et beaucoup trop rapide…

delicate pale color watercolor backgroundComme si

S’il te plaît

Regarde-moi, comme si tu m’aimais

Regarde-moi, comme si tu me comprenais

Comme si tu me voyais par-dessous la peau

La surface de mon visage

Regarde-moi droit dans les yeux

Sois présent

Sois doux

Sois toi-même

Ose m’approcher

Ose me toucher vraiment

Ose rentrer sans défoncer la porte de mon cœur

(je suis sensible)

Tu ne vois pas ce qui est marqué

Sur mon front bien blanc ?

« Handle with care »

Regarde-moi avec bienveillance

Regarde-moi au-delà des histoires

Qu’on te raconte

Que tu te racontes

Même celles que je te raconte moi-même

(en exigeant une écoute active et attentive)

Plonge dans la pureté de cet instant

De connexion

Par-dessus les différences

Les attentes et les opinions

Le savoir : vivre, faire ou être

S’il te plaît

Fais-moi un câlin avec tes yeux

Ferme-les et embrasse-moi

Happy young lovers . kiss

Lire la suite

A day after – all I need is a hug

I was born 31 years ago. I was born with dreams and high hopes.

I left Poland, my home country, to pursue freedom, love and beautiful adventures.

I found everything I wanted. I am hungry for more.

Then I got sick – not something dramatic, but it keeps me alert to my own physical limits.

I feel vulnerable. I also feel passionate about my job. I want to give it all I have. It looks like it is not sufficient. I feel overwhelmed. I see tired and stressed faces of my colleagues and suppliers. I see a tired face when brushing my teeth in the morning.

I feel frustration, sadness and anger. I feel fear.

***

Yesterday I went to see fireworks with two crazy, lovely Moroccan ladies. (Girls, I love you!)

I liked everything except the crowd. It made me nervous.

I took a taxi to get back home: “Did you hear about the terrorist attack in Nice?”

“Hmm, I beg your pardon? No, I did not (!!??)”. Loads of swear words followed.

I was unable to go to sleep straight. I watched the news. I cried.

“31-year-old French-Tunisian driver killed dozens of people.”

My boyfriend is 35-year-old and originated from Tunisia. He became French a few months ago, a few weeks after I did.

France is not the only country suffering from violence. It is everywhere. It happens all the time.

Millions of people survive each day with less than 2 dollars. I feel lucky to have a flat, a job, something to eat and beautiful people to laugh with.

Today I feel tired, sad, and anxious.

I want the world to be safe, joyful and full of love: for myself, for others, for future generations.

Today I went out to buy a camera to register video interviews with inspiring people.

When I was going back home in the hot and crowded Parisian subway, I could not stop my tears.

I felt embarrassed and pathetic. I looked like a depressed Cocker Spaniel. My big blue eyes got wet and red. I was trying hard to stop crying. I could not. I had nothing to dry up my tears.

A middle aged woman sitting in front of me was searching for something in her bag. Just before I rushed to get out at my stop, she gave me a few paper handkerchiefs.

When I was heading to another subway line, I read on the packaging: “Freshness. Mint.”

It was written in Polish. I was stunned. My compatriot saved me from drowning in my own tears.

***

I have Polish roots, a magic French passport and nothing to declare.

I dream of travelling around the world and giving birth to multicultural crazy babies. :-)

I have always considered myself ambitious and strong. Today I am vulnerable and I need a hug.

I feel sad and it is fine. I am OK.

My hunger for new experiences got bigger and my joy of being alive deeper.

God bless us all. Tomorrow is another day. With a little luck, we will still be breathing.

As long, as I am breathing, I am safe. And I feel love. Oh yeah!

paix_terre_ensemble_enfants

Lire la suite

Entretien avec Ana Sandrea, thérapeute et coach de vie

Il y a des personnes qui inspirent, qui nous tirent vers le haut. Qui sont humbles, passionnées, présentes, belles. Ana en fait partie.

Voici l’interview avec Ana SANDREA – thérapeute, coach de vie et une chère amie que j’ai rencontrée il y a quelques années via l’association Toastmasters International.

Ana s’est spécialisée dans la guérison des blessures émotionnelles. Elle propose des séances individuelles face à face ou via Skype (ça marche, c’est étonnant !) ; elle anime aussi des stages de transformation, en France et à l’étranger.

En France depuis 1998, Ana est une ancienne avocate de droit pénal au Venezuela.

Ana, un grand MERCI pour ta générosité et d’avoir partagé ton message avec nous !

Merci de votre feedback, c’est le tout premier entretien et certainement un début de quelque chose. Apprentissage en cours. 😀

Partie 1/4

« La dépression, c’est pour moi une âme qui est au bout et un jour elle lâche. »

  • En quoi consiste ton métier ?
  • Comment tu es devenue thérapeute ?
  • Quelles sont tes sources d’inspiration et sur quoi repose ta méthode de travail ?
  • Quelles sont les étapes de la guérison des blessures émotionnelles ?
  • Libérer et ressentir ses émotions : moyen de guérir et d’avancer.
  • Perception négative des émotions par une partie de la société.
  • Prendre en compte ses émotions sans se laisser submerger.
  • Finesse de guidance par les émotions : une habitude à prendre.

Partie 2/4

  • Pourquoi nous nous coupons de nos émotions ?
  • Comment parler à la partie de nous qui a peur des émotions ?
  • La vulnérabilité : force ou faiblesse ?
  • Si nous nous coupons des émotions douloureuses, est-ce que nous nous coupons automatiquement de la joie et d’autres émotions « agréables » ?
  • Comment nous nous coupons de nos émotions ?
  • Recherche du sacré, des rituels – une explication possible des addictions.
  • Comment respecter le besoin de la profondeur d’une manière constructive ?
  • Exemple d’Ana – comment respecter sa féminité, la ritualiser ?

Partie 3/4

  • Comment être efficace et préserver sa féminité dans le milieu professionnel ?
  • Comment concilier les rôles d’une mère et celui d’une salariée ou entrepreneure ?
  • Comment se connecter à sa puissance et équilibrer les 2 polarités : féminine et masculine ?
  • Comment avancer ou changer en équilibrant son énergie masculine et féminine ?

Partie 4/4

  • L’énergie kundalini : définition.
  • Maladie : appel au changement.
  • Comment devenir son meilleur allié ?
  • En quoi consiste « l’effet miroir » dans le domaine des relations interpersonnelles ?
  • Où trouver les informations sur les stages d’Ana, ses activités, etc. ?

***

This is the end. Muchas gracias and much love ! 😀

***

Quelques liens utiles :

Lire la suite

Freedom is everything and love is all the rest or the work of Byron Katie

“Because inside me is a beast that snarls, and growls, and strains toward freedom.. and as hard as I try, I cannot kill it.” ~ Veronica Roth

This text wanted to be in English. 😀

Recently I devoured two books of Byron Katie: “Loving What Is” and “I Need Your Love, Is That True?” I fell in love with her method called “the work”. It is simple yet profound. It opens mind, heart and brings joy, love, peace and freedom. It sounds promising, doesn’t it? 😀

Byron Katie invites us to question our beliefs, turn them around (good exercise for those who are curious and like to play with the language!) and be willing to consider the new statements as true. Feel free to fill in “Judge Your Neighbor Worksheet”. You might be surprised with what you discover.

I only begin to practice “the work”, yet I sense that this path brings miracles. I already feel relieved and more peaceful. I still have times when I am in pain, angry, sad and looking for love like a desperate housewife. 😀 At the same time, as per Byron Katie’s guidance, I am looking forward to feeling rejected. This is my biggest fear and it will surely happen. It will not be pleasant but it is part of the healing process. I want to grow, experience both love and freedom, my two biggest values and aspirations. They are not conflicting, rather complementary: “freedom is everything and love is all the rest”.

Tree of love

My experience depends on my perception. It gives me my power back. I learn how to surrender to what life offers me here and now. What is in front or inside me, is exactly what I need. It is just another experience of being human so vulnerable. Yes, I want to live an intense, passionate and adventurous life. When I am doing something, I am committing fully. I take risks and open my heart. Sometimes it hurts. Sometimes I am the happiest woman in the world. This is my nature. Hmm, is it my Slavic temper? Thank you, Mom! 😀

I still feel ashamed of over-reacting (maybe others just under-react? 😀) to some behaviours and events. I try to keep a poker face. Usually I fail, regardless of how hard I try. Arguing with my emotions does not work so now I am trying to accept and express them.  As it fortifies my connection to myself, it gives me faith to make the next step. Letting myself being moved helps me to move forward.

The more we accept the world, the more we are able to enjoy it and influence it positively. The exact same paradox applies to every single (or double for twins! 😀) self /soul on this beautiful planet.

Life wants to experience itself through us. Let it be, let is shine, let it blossom.

Please find below the poem about being in love and free. Enjoy! 😀

Heart shaped flying birds with woman silhouette, vector illustration

***

Free spirit

You are like a wave

Coming back and forth

In an endless dance

You are free like a wind

I will never catch you

I will never grasp your essence

I can only enjoy being with you

When you happen to be around

Short sweet while of pure ecstasy

Feeling grateful for your presence

Even if you are far from me

Forever in my heart you will stay

My soul is coloured with your crazy eyes

I am deeply touched

To the point of losing balance

I gently fall down

And it feels good

Thanks God angels’ wings

Support me

And give me faith

To love again

And to fly high

As I finally made friends with the wind

Some say it is called freedom

***

P.S. You can learn more on “the work” in French here.

 

“I am a lover of what is, not because I’m a spiritual person, but because it hurts when I argue with reality. No thinking in the world can change it. What is is. Everything I need is already here now. How do I know I don’t need what I think I need? I don’t have it. So everything I need is always supplied.” ~ Byron Katie

 

Lire la suite

La réconciliation

« En ce qui concerne la transformation intérieure, vous ne pouvez rien faire. Vous ne pouvez pas vous transformer vous-même à volonté, pas plus que vous ne pouvez changer votre partenaire ou quelqu’un d’autre. Tout ce que vous pouvez faire, c’est ménager un espace au sein duquel la métamorphose peut se produire, afin que la grâce et l’amour puissent venir. » ~ Eckhart Tolle

happy little boy relaxed in hammock on beach, family vacation

Chers Amis,

J’espère que vous vous portez bien. Envie de partager quelques idées aléatoires refait surface ! 😀

Voici un poème qui résonne fort avec ce que je vis présentement. Plus je vieillis (c’est du travail au quotidien, sans relâche !), plus j’ai envie de savourer chaque instant. Et pour le faire, je lâche un peu mon côté guerrier, cérébral et rigide. J’apprends la douceur, j’ai envie de dire « OUI » à la vie, à ce qui vient, à ce qui part, à ce que je ressens chez moi et chez l’autre.

J’ai de moins en moins envie de changer quoi que ce soit ; en tout cas pas avec la fermeté, la discipline ou la rigueur – eh oui, ce n’est pas très professionnel, mais c’est un peu moins la dictature aussi.. 😀

Je ressens au fond de mes tripes : la révolte n’est pas le moyen le plus efficace.  Au contraire, paradoxalement, c’est l’acceptation, voire l’amour qui rend la transformation possible. Puis, curieusement, avec l’affection, toute envie de forcer le changement disparaît. L’ambition de contrôler ou d’améliorer laisse la place à un profond respect envers la vie, sous toutes ses formes. La prétention de savoir, de comprendre ou d’avoir raison diminue… Quel soulagement ! Même si, pour l’instant, l’envie d’avoir raison est beaucoup trop têtue pour me laisser tranquille… 😀

Meribel_ski_soleil

  • Et s’il y avait autre chose que la compréhension intellectuelle ?
  • Et si nous respirions dans le seul but d’explorer, d’expérimenter, de prendre du plaisir ?
  • Et si nous arrêtions de courir comme un poulet sans tête pour (enfin!) faire la paix avec nous-mêmes ? 😀
  • Et si nous épluchions, tout doucement, notre cœur-oignon, quitte à pleurer un peu plus ?
  • Et si nous apprenions à être présents et à ressentir cette délicate pulsation de vie en nous ?
  • Et si notre état naturel (parfois profondément caché, je l’avoue !) et notre droit de naissance était de sentir la liberté, l’amour, la joie et la paix ?
  • Et si nous nous détendions et faisions confiance à la vie, à l’autre et surtout à nous-mêmes ?

Si, c’est possible. Tout est possible. E N J O Y !! 😀

Child with vintage suitcase on summer vacation. Travel and adventure concept

 « Les gens disent que nous cherchons tous à donner un sens à notre vie. Je n’y crois pas. Ce que nous cherchons, c’est l’expérience de la vie, pour que ce dont nous faisons l’expérience de manière physique ait une résonance avec ce que nous sommes, profondément, et ainsi, nous ressentons toute l’extase liée au fait d’être vivant. C’est de cela dont il s’agit. » ~ Joseph Campbell

Peace heart sign made of flowers vector illustration

La réconciliation

Je dépose les armes

Je déclare la paix

Avec moi-même

Ni incantation, ni invocation

Des mots simples – l’hymne à  la vie

« Désolé, pardon, merci, je t’aime »

Et hop ! Ho’oponopono m’apaise

La résistance fond petit à petit

Je me détends

Je me laisse traverser

Un sentiment de confiance

Remplit mes poumons

La danse de transformation

M’invite à ouvrir de nouvelles portes

Je suis à la fois en voyage

Et à la maison

***

Toi qui te caches

Comme un miroir

Tu me renvoies vers mes propres yeux

J’y perçois une âme qui a envie de rigoler

Le lave-linge tourne à la vitesse de la lumière

Pour nettoyer les vieilles mémoires

Puis sécher les larmes au soleil

Prière de ne pas déranger

Sauf si vous venez avec du chocolat ou des câlins

***

chocolate mousse with fresh blueberries and nuts in tartlets, horizontal, close-up

Lire la suite

Happy New Year 2016 !!

Mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année à vous et à vos proches ! 😀

Merci de votre confiance, votre présence, vos appréciations et vos encouragements.

All the very best !! 😀

Nouvel An 2016

2016

Nouvelle année

Nouvelle journée

Nouvel envol

Vers d’autres espaces-temps

Internes-externes

Laisse partir ce qui n’est plus potable

Ce qui a besoin d’être relâché, remercié

Et rangé avec précaution, pour reposer en paix

Comme une perle au fond de l’océan Pacifique

Goûte à la curiosité du vide

Qui se remplit à nouveau, à chaque instant

D’une douce intensité lumineuse

Où le tourbillon de la vie

Nous met en mouvement

Nous sommes dansés dès la naissance

Par l’infini feu de l’amour

Où l’instinct de sur-vie

Côtoie le hasard

Plein d’espoir, d’envie et d’appétit

La magie des rencontres

Au cœur de ce qui émerge

D’une manière irrationnelle

Sors des sentiers battus

Ouvre la porte d’accès à un terrain inconnu

Sens l’air frais de la liberté te caresser le front

Inspire délicatement et fais le premier pas

Happy New Year

With kindest regards

And lots of love

As always

porte vers l'ocean

Lire la suite

Multiples aspects intérieurs ou comment apprivoiser le côté obscur de la force

viaggiare in auto a Parigi

« Si je veux changer mon monde extérieur, je dois changer mon monde intérieur. » ~ Max Piccinini

Comment allez-vous ? :)

J’ai écrit le poème ci-dessous il y a quelques semaines (âmes sensibles s’abstenir !) – il voit le jour aujourd’hui, car j’avais besoin de le digérer. Je me laisse de plus en plus traverser par l’énergie des différentes émotions et je découvre des endroits en moi dont je ne suis pas particulièrement fière. En effet, nous sommes tous constitués d’une multitude d’aspects intérieurs. Nous portons tous une famille de personnages, paradoxes, conflits et polarités à l’intérieur de nous : un professionnel, un parent, un enfant blessé, un enfant joyeux et insouciant, un être irrationnel et créatif, un danseur, un partenaire, un amoureux, un guerrier, un clown, un sage, etc. Nous faisons l’expérience à la fois de la douceur et de la colère, de la tristesse et de la joie, de la peur et de la confiance. Nous naviguons sans cesse entre ces différents pôles et souvent (je parle pour moi), nous pouvons être tentés de nier ou de repousser certaines émotions. Les raisons de cette autocensure varient : peur du rejet ou du jugement des autres, envie de garder une image positive de soi, peur de la perte de contrôle, de son identité, etc.

J’ai été très longtemps incapable d’éprouver la colère, même dans les situations où elle m’aurait été utile. C’est une émotion que j’apprivoise petit à petit. En effet, elle me met en mouvement, me permet de faire valoir mes droits, faire respecter mes limites et mon territoire, me protéger. Je sens que la colère peut être créatrice, douce et juste. Et donner une puissance inouïe.

Auparavant (cela m’arrive encore aujourd’hui, rassurez-vous, il y a du boulot !), j’avais peur de ma propre puissance, car je l’associais à la violence. Mais ce lien, certes existant, n’est pas nécessaire. Maintenant, c’est l’inverse qui me paraît vrai : la personne qui se connecte à sa force intérieure authentique n’a pas besoin de la violence, car elle a beaucoup moins peur.

En parlant de la peur : les attaques terroristes à Paris m’ont bouleversée et m’ont retourné l’estomac. J’étais paniquée : j’ai éteint les lumières et je songeais à l’endroit où me cacher (dans un studio, ce n’est pas si facile, croyez-moi !). Je me suis un peu calmée par la suite (et j’ai vite rallumé les lumières, ce n’était pas bien pratique…), mais je reste observatrice et vigilante. Je fais de plus en plus confiance à mon ressenti, à mes tripes et à mes sensations physiques, y compris les émotions qui me traversent. Elles agissent comme des signaux – de confirmation quand je suis sur la bonne voie ou bien des signaux d’alerte, quand quelque chose « sonne faux ».

Enfin, je pressens que le monde extérieur reflète ce qui se passe à l’intérieur de moi. Par exemple, si j’ai de la violence en moi, elle va se manifester dans ma réalité physique. Par conséquent, si je fais un travail sur moi pour nettoyer les colères et la tristesse refoulées dans le corps (il y en a un peu,  voire un peu beaucoup…), peut-être, le monde va s’adoucir aussi… Eh oui, c’est tout à fait irrationnel et prétentieux. Et il se peut que je frôle la folie. Pourtant, cela me semble juste.

En bref, ce qui fait notre humanité (entendu de la bouche d’un voisin averti, je vais le remercier de vive voix !), ce sont tous ces états émotionnels qui nous traversent. C’est la vie elle-même qui nous traverse et qui nous fait découvrir toutes les nuances de l’aventure terrestre ; y a-t-il des planètes où ils sont plus tranquilles ?! J’y vais ! :)

Pour conclure, nous avons tous une « petite bête enragée » à l’intérieur de nous. Ce n’est pas une forteresse gigantesque qu’il faut détruire et qui prend toute la place, il s’agit plutôt d’un minuscule animal qui fait beaucoup de bruit et qui a besoin d’être apprivoisé et aimé. Il a besoin de câlins. Au moment, où vous l’accueillez, sans vouloir le changer, il se calme et par miracle, devient la plus belle et douce créature que vous n’avez jamais vue.

Je n’ai pas envie de nourrir ou de glorifier mes aspects intérieurs en souffrance. Je ne souhaite pas m’y identifier non plus. J’apprends simplement à faire confiance à la vie : toute émotion a sa raison d’être. Et si je l’accueille et je l’exprime (de préférence d’une manière respectueuse et adaptée, ce qui ne m’est pas toujours simple !), elle part en douceur et laisse la place à la lumière, à la joie et à l’amour, qui sont, je le crois très fort, nos états naturels de base.

Je vous souhaite d’explorer vos divers aspects intérieurs et de vous connecter à la puissance et à la beauté de vos émotions, quelle que soit votre météo interne en ce moment !

Par ailleurs, passez de belles fêtes de fin d’année ! Que la douce, invincible et lumineuse force de l’amour soit avec vous ! :)

P.S. Si vous n’arrivez pas à concilier les voix de vos multiples aspects intérieurs, faites-vous accompagner par un professionnel.

Black panther illustration

« Seul celui qui a osé voir que l’enfer est en lui y découvrira le ciel enfoui. C’est le travail sur l’ombre, la traversée de la nuit, qui permettent la montée de l’aube. » ~ Christiane Singer

lever_du_soleil_espoir

Conjugaison modulable ou une petite terroriste en moi,

en manque de câlins

Je hais les marchands

Ceintures noires, maîtres dans l’art

Des relations affectives artificielles

Le flou personnalisé des maniements

Cousus de fil blanc

D’un faux sourire bien entretenu

Je hais ces sales pigeons

Messagers du pognon

Je hais le capitalisme sauvage

Avec sa quête du profit à tout prix

Il dessèche la planète et l’homme de sa dignité

Je hais les croissants au beurre

Ils n’ont toujours pas compris

Que leur consommation doit demeurer exceptionnelle

(Surtout en cas d’hyper-cholestéro-lémie)

Je hais les mots savants

Trop longs pour rentrer dans ma tête blonde

Que je maintiens en état d’utilité publique

Par des produits chimiques chers et invasifs

Je hais ces exaltés de fanatiques : je vote pour les écureuils-fans de ski nautique

Je hais les mauvais rêves et les monstres qui se cachent sous le lit

Les insomnies ; le réveil qui sonne trop tôt ou pas assez fort

Les plannings et les retards du métro

La foule dans les gares et le changement aux Halles

Les mauvaises nouvelles et les pronostics insouciants

Qui agissent comme des somnifères

Trembler de froid ou me brûler avec de l’eau bouillante

Les beaux-hommes-déjà-pris et les couples qui s’embrassent en public

Les restes du pain rassis qu’il ne faut surtout pas jeter

Procédures, approbations et demandes d’autorisation

Ordres, ordures et ordonnances

Être pris(e) en photo en mode « cheese » ou « ouistiti »

Les caméras de surveillance et les fouilles corporelles

Courir à l’aéroport

Avec les flacons à la con de 100 millilitres maximum

Renfermés dans un sac plastique transparent

Et voir que le vol est retardé

Pour cause d’un centimètre de neige

Qui a déjà fondu

Je hais les embouteillages et les salles d’attente

Où il ne se passe rien, nada, kaput

Le Godot ne vient pas pour crier sur les toits « veni, vidi, vici »

Je hais les avis d’impositions et les gens qui s’imposent

Par leur taille ; franchement, ils exagèrent

La planète est déjà surpeuplée

Je hais la technique et les pannes d’internet

Les coupures de courant qui me font péter les plombs

Avant l’arrivée des factures

En prélèvement automatique

Je hais le soutien-gorge push-up

Qui triche sous la chemise blanc-écru

Même si on inspire à fond la caisse

Et on mange de la bonne graisse

Je hais les rimes sans élégance et les fautes d’orthographe

Le subjonctif plus-plus-plus-que-parfait

Les articles partitifs, définis, contractés et non soldés

Le passé aussi, l’arbitre l’a jugé « simple »

Il n’était pas thérapeute ce prétentieux immature

Je hais le « h » dans « Hi don’t know »

La surcharge d’activités et le rythme effréné

Ou m’ennuyer dans mon studio de 15 mètres carrés loi Carrez

Un garage bordelais rénové et bien aménagé

Je hais les e-mails-in-terminables-du-style-un-rappel-doux

Et leur message subliminal tel une caresse : «  URGENT »

Je hais le contraste médiatique entre la souffrance occidentale et celle des pays « exotiques »

Et ses adjectifs bien choisis, pour façonner les esprits

Je hais les cigarettes et leur odeur qui s’incruste sous la peau

La bêtise et l’interdiction d’en faire trop

Les mots de passe dignes d’un psychopathe ivre et sous médicaments

Je hais les accidents et les catastrophes naturelles

Des réprimandes et des promesses non tenues

Bref, toute forme de résistance

Contre ma volonté de fer

Ça m’agace car j’ai toujours raison

Enfin, la plupart du temps

***

Si si, je hais aussi la haine elle-même

Et sa fille innocente « Mea culpa »

Je me fais peur, je suis dans la terreur

De me faire mal ou de nuire aux autres

J’ai besoin de partir pour me protéger

M’isoler afin de ne pas constituer un danger

Me rendre malade et ne plus rien sentir

 

J’ai un problème : des parts-départs

Expulsées du territoire du « moi »

Je hais par projection, le monde me tend un miroir tendre

De mes vertus et de mes vices

Si visibles chez l’autre

Si bien cachés au fond de mes viscères

***

Que nous puissions déguster la paix

Comme du petit lait tricolore

Dans nos tripes, nos tribus et nos terroirs

La France a besoin d’une franchise absolue

La terre – d’un terrain d’entente en expansion

the vert au jasmin

 Je commence par m’occuper

De ma tasse de thé vert jasmin

Dans le confort de mon jardin intime et cosy

Où poussent des roses resplendissantes

Où vivent les hyènes et les putois

(Ils réclament beaucoup de câlins)

Tout est OK : haïr ou aimer

Selon l’humour et le moment de la journée

L’état de fatigue et le taux d’hormones

L’âge et la prise de la cortisone

***

Prions ensemble pour descendre

De la tête au cœur

Et nous ouvrir à une simple et saine

Joie d’être en vie ; en lien

Dans la pureté de l’instant présent

Sans aucun jugement

Je bénis la naïveté du cœur

Du monde des bisounours

Couleur rose-bonbon-flashy

Avec laquelle je « hais » devient je « t’ai » en moi

Puis je « t’aime » en moi

Et je « m’aime » en toi

« Nous haïssons » se transforme

Par un acte psycho-magique

(Il y en a toujours besoin)

En « nous naissons »

Dans sa forme la plus active et collective

Nous y sommes, nous voilà

Ensemble, la la la

Happy-end kitch et sucré

(Presque indigeste)

Je vous aime grave chers amis

lover

 

Lire la suite

Est-ce grave, docteur ?

Doctor in uniform with digital screens working

« Après tout, c’est le petit débris entré dans la coquille de l’huître qui est à l’origine de la perle, pas des séminaires de « perlologie » avec d’autres huîtres. » ~ Stephen King

J’espère que vous allez merveilleusement bien. 😀

Je suis en arrêt-maladie pour quelques semaines. C’est l’occasion de faire le point et de plonger en moi. De m’arrêter, me reposer et ressentir.

Les problèmes de la thyroïde sont fréquents et faciles à soigner, même si ça prend du temps. Quelle en est la cause ? Il s’agit probablement d’un mélange des facteurs génétiques et environnementaux.

Je suis suivie par un endocrinologue compétent et je prends des médicaments prescrits avec rigueur. La cure fait son effet et la guérison approche, en tout cas, j’y crois fort ! 😀

La maladie apparaît comme un fardeau-cadeau. Elle est à la fois douce et exigeante.

Cette expérience me reconnecte avec la lenteur, la délicatesse, l’énergie Yin, la nuit et le lâcher prise. Le corps s’exprime, des émotions enfouies émergent à la surface. Une remise en question, des doutes et une renaissance sont en cours. La vie est belle, dans cette phase de transition intense.

Voici un poème, écrit suite à la participation à un stage d’Ana Sandrea, sur les émotions.

J’ai rencontré Ana chez Toastmasters, l’association où j’apprends à prendre la parole en public, eh oui ! Elle n’en fait plus partie car elle préfère se focaliser sur son activité professionnelle.

Merci de tout cœur, Ana. Ce fut un beau voyage. Il ne fait que commencer.

Belles découvertes à chacun d’entre vous et surtout beaucoup de joie, je vous le souhaite de tout cœur ! 😀

Fisherman sailling with his boat on beautiful sunrise over the sea

« Je plongerai dans l’abîme quitte à en toucher le fond
Je jouerai le jeu de ma défaite
Je jouerai tout ce que je possède
Et quand j’aurai tout perdu
Je jouerai jusqu’à mon être même

Et peut-être alors aurai-je tout reconquis
A travers mon total dépouillement »

~ Rabindranath Tagore, « L’offrande lyrique »

sunset and heart bambu plant

Vulnérables Ensemble

Abrete corazon où un nouveau monde qui explose (de plumes)

la joie chaotique d’un saut quantique

la sourde douleur des cris non entendus

la douce musique de l’âme

inspire, expire

tout est en nous, nous sommes le grand tout, mon petit cœur

les peines des générations passées et les inquiétudes des lignées futures

accueillante pesanteur de la terre qui a bu la pluie du sang et des larmes

la mort plus forte que l’amour ?

la fraîcheur d’un sourire d’un bébé

la lumière innocente d’un câlin apaisant

la colère de l’injustice d’un cadeau empoisonné

la gorge serrée par peur d’avoir mal et d’être mal aimé(e)

ressens, accueille et laisse-toi envahir

fais confiance à cette part oubliée qui renaît

souviens-toi, viens, réponds à l’appel

n’attends pas, la vie va t’attraper, tôt ou tard, par le nez ou les orteils

elle t’obligera à te regarder dans le miroir de ton lac intérieur

ne fuis plus, cours si tu as peur ou creuse un grand trou

Cache-toi sous la couette des masques : force de proposition sur le terrain des urgences stériles

tu récolteras retards, avertissements et tensions,

« thank you notes » dans l’éternel « no pain, no gain »

Au lieu de prendre l’ascenseur des promotions internes

grimpe plutôt les étages de ton gratte-ciel des chakras

ou plonge dans l’océan bleu de l’infini de ton inconscient

donne-toi la permission d’être touché(e) par un souvenir lointain

si ancré sous ta peau

que tu l’as presque oublié, avant l’effondrement de l’iceberg

cœur sur la main, qui prend feu

la maudite maladie tout à fait typique, dont l’expression t’est propre

ne dis pas : « ce n’est pas grave »

« j’ai simplement eu mon compte »

c’est orgueilleux de s’élever au-dessus du poids de la peine

ou se vouloir privilégié(e) dans son sort d’une souffrance sûrement supportable

elle t’appartient donc mords fort dans ce morceau de la chair nue

crache-la, exprime, reçois, perçois

et laisse le sol purifier le reste

ressource-toi dans les draps-bras de la terre

qui vibre de vie dans le vide absolu

reprends le cycle à nouveau

jusqu’à ce que poussent les ailes

la puissance des émotions primaires

d’un primate qui retrouve enfin la paix, en dehors de son cerveau brûlant

telle une connexion réparée, malgré la friture de la frustration sur la ligne

le signal passe, la peine aussi

tout se rejoint et la joie de danser réapparaît en douceur

une véritable quête d’un être impatient, orienté résultat

au revoir et à bientôt, pour de nouvelles aventures-blessures,

que la magie d’irrationnel soit avec nous !

Chic, chat, choc, le vœu est exaucé et la guérison instantanée.

Sweet dreams & much love.

Silhouette of the cat with hat and lace collar

 ****

  • Comment vous sentez-vous en ce moment ?
  • Quelles sont les émotions qui vous traversent ?
  • Comment ouvrir votre cœur d’un millimètre de plus aujourd’hui ?
  • Comment pouvez-vous vous connecter de 1% de plus à votre corps et à vos émotions ?

****

lion face profile portrait, on colorful abstract background.

P.S. En cas de maladie ou d’une fatigue prolongée (ce fut l’un des premiers symptômes, pour moi), il est crucial de consulter un médecin traitant et appliquer ses recommandations à la lettre.

Lire la suite

Vive nos talents : comment les développer et apprendre d’une manière efficace ? ~ 2ème partie

C’est la deuxième partie d’une série de trois articles sur le développement des talents.

Veuillez trouver ci-dessous 5 recommandations supplémentaires, tirées du : « Petit livre du talent : 52 conseils pour améliorer vos compétences » de Daniel Coyle.

Réfléchissez en images !

Salvador_Dali_ musee_imagination

« L’imagination est l’œil de l’âme. » ~ Joseph  Joubert

Les idées abstraites sont plus difficiles à mémoriser. Remplacez-les par des images vives et frappantes !

Au lieu de dire « touchez les cordes aussi légèrement que possible », dites : « touchez les cordes comme si elles étaient brulantes. »

Dans l’exemple ci-dessous, choisissez plutôt la phrase n°2 :

  1. « Quand vous parlez en public, rentrez un peu le menton puis poussez le point le plus haut de votre crâne vers le haut » ;
  2. « Tenez-vous droit, comme si l’on vous tirait la tête vers le haut par les cheveux ou si vous deviez porter un poids sur la tête. »

Visualisez !

set your imagination free, paper airplane in the sky

« La clé d’une vie passionnante, c’est de faire confiance à l’énergie qui nous habite et de la suivre. » ~ Shakti Gawain

Visualisez de nouvelles connexions neuronales qui se créent, à force des répétitions et des corrections ! De plus, quand vous vous exercez, il est motivant d’imaginer vos circuits neuronaux gagnant en rapidité. En effet, au fil du temps, la vitesse du signal passe de 3 km/h à 320 km/h.

Par ailleurs, l’auteur partage une astuce utilisée par de nombreux experts dans les domaines de l’art, de la médecine et du sport. Juste avant de s’endormir, ils visionnent un film mental de leur performance idéale. Cela améliore la motivation, l’exécution et l’assurance.

J’utilise cette technique pour réviser mes discours et je ne peux que vous la recommander.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous propose le livre « Techniques de visualisation créatrice : Manuel d’exercices pratiques » de  Shakti GAWAIN. Le résumé de cet ouvrage est disponible sur le blogue d’Olivier Roland : « Des livres pour changer de vie ».

Profitez de multiples bienfaits de la visualisation et accélérez votre apprentissage !

Reposez-vous !

tabby cat / a small tabby cat sleeping in the yard

« La sieste est une courtoisie que nous faisons à notre corps exténué par le rythme brutal de la ville. » ~ Dany Laferrière

La fatigue freine l’apprentissage. L’épuisement ralentit le cerveau, diminue la concentration, contribue à créer de mauvaises habitudes. Il est conseillé de nous exercer quand nous sommes frais et disponibles donc plutôt le matin ou après une sieste. Cette dernière permet de solidifier les nouvelles connexions neuronales et prépare le cerveau pour une prochaine session d’exercices, c’est pourquoi nous comptons de nombreux adeptes célèbres de la sieste : Albert Einstein, Winston Churchill, Thomas Edison, Léonard de Vinci, Napoléon Bonaparte.

Quand vous sentez la fatigue approcher, il est temps de fermer la boutique et recharger les batteries. 😀

Fermez le livre et enseignez ce que vous avez appris !

Books, old, stacked.

« Cette tentation que l’on a de garder pour soi-même ce que l’on a appris n’est pas seulement honteuse, mais destructrice. Tout ce qu’on ne donne pas librement et abondamment finit pas nous échapper. Vous ouvrirez finalement ce coffre-fort pour n’y trouver que des cendres. » ~ Annie Dillard

Coyle prône les avantages des méthodes d’apprentissage actives. Veuillez trouver ci-dessous 2 façons de mémoriser un nouveau contenu. Laquelle vous paraît plus efficace ?

  1. Lire le même texte 4 fois, en essayant de retenir le plus d’éléments.
  2. Lire le texte 1 fois, puis fermer le livre et dire / écrire les idées retenues.

Les études prouvent que les personnes ayant appliqué la stratégie B, se souviennent de 50% plus de contenu à long terme que celles qui ont utilisé la stratégie A. Pourquoi ? Parce que la méthode B exige plus d’efforts et engage plus l’apprenti : il joue un rôle actif, au lieu d’absorber le matériel passivement, il le reconstruit d’une manière créative à partir de ses propres expériences et associations.

Par ailleurs, si vous voulez vraiment maîtriser de nouvelles informations ou compétences, enseignez-les. Vous aurez l’occasion de les revoir, repenser, réorganiser et réfléchir sur différentes explications possibles. J’utilise cette stratégie dès que je me sens prête : j’ai enseigné le français pour mieux l’intégrer. La communication, la prise de parole en public et d’autres sujets traités dans ce blog me passionnent, c’est pourquoi je me suis lancée dans l’écriture. Créer le contenu de qualité me permet d’apprendre et de contribuer en même temps.

Devenez acteurs de votre apprentissage, recréez et réorganisez le contenu que vous venez d’absorber et partagez-le avec votre entourage !

Pensez comme un jardinier et travaillez comme un menuisier.

two hands holding, growing and caring a young green plant

« Avec du temps et de la patience, une souris coupe un câble. » ~ Alphonse Esquiros

Nous sommes souvent pressés et impatiens à voir nos talents émerger. Pourtant, l’apprentissage prend du temps. Dans son livre « Outliers : L’histoire du succès » Malcolm Gladwell constate qu’il faut environ 10 000 heures de pratique avant de devenir expert. Il cite, entre autres, les exemples tels que les meilleurs violonistes, Bill Gates et Paul Allen ou the Beatles. Les personnes ayant un niveau de performance extraordinaire, sont souvent tellement passionnées par une activité en question, qu’elles passent la plupart de leur temps à s’entraîner. Elles accumulent 10 000 heures d’exercices approfondis : 4 heures par jour, 5 jours par semaine, 50 semaines à l’année pendant 10 ans. Ensuite, tout d’un coup, du jour au lendemain, elles deviennent connues, elles gagnent des concours ou elles battent des records dans leur domaine. 😀

Selon Coyle et Gladwell, il est inévitable de passer beaucoup de temps à se former, avant de devenir excellent. De même manière qu’une graine germe en douceur, puis se transforme lentement en un arbre qui va ensuite donner des fruits, les circuits neuronaux se créent graduellement.

Respectez votre rythme, vous ne pouvez pas aller plus vite que la musique. La patience est la mère de toutes les vertus et à force de répéter, vos efforts seront couronnés de succès. Minute après minute d’exercices intensifs, vous grandissez et approfondissez votre talent.

Lâchez l’envie de réussir à tout prix. Au lieu d’être obsédés par le désir brûlant d’une perfection instantanée, concentrez-vous sur une répétition à la fois. Soyez présents et attentifs. Prenez du plaisir à progresser petit à petit. Le succès viendra tout seul, quand vous vous y attendrez le moins. Il sera un effet secondaire de votre travail acharné.

Courage, semez la graine de votre future réussite et arrosez-la tous les jours, en vous exerçant constamment !

Conclusion

Pour conclure, afin de mieux maîtriser une nouvelle compétence :

  • profitez de la puissance de la visualisation et des images fortes ;
  • privilégiez les méthodes d’apprentissage actives ;
  • soyez patients et laissez le temps travailler pour vous quand vous travaillez vous-mêmes d’une manière assidue.
  • Enfin, respectez vos besoins de repos et de sommeil de qualité !

J’y travaille encore car je m’autorise à dormir plus longtemps uniquement quand je suis épuisée au point de ne plus savoir comment je m’appelle, par contre je suis une ceinture noire en sieste dominicale. 😀

Je vous souhaite de tout cœur de progresser dans tous les domaines qui vous intéressent. Vos talents méritent d’être découverts et développés donc allez-y ! Amusez-vous bien !

*****

  • Quel conseil allez-vous tester ?
  • Comment allez-vous vous y prendre ?
  • Quelle sera la compétence sur laquelle vous allez travailler ?

C’est la deuxième partie d’une série de trois articles sur le développement des talents.

La dernière partie sera publiée prochainement.

Lire la suite

Vive nos talents : comment les développer et apprendre d’une manière efficace ?

C’est la première partie d’une série de trois articles sur le développement des talents.

 

Red Office Folder with Inscription Talents.

« Vivre, c’est apprendre à aimer. » ~ Abbé Pierre

Aimez-vous apprendre ? Dans quels domaines souhaitez-vous devenir meilleur, voire exceller ?

Comment voyez-vous le talent ? Comme une capacité innée ou bien comme une compétence qui se travaille ?

Des études scientifiques fournissent des arguments contradictoires concernant l’influence des gènes et de l’environnement dans le processus d’apprentissage. Cet article décrit la vision de Daniel Coyle, journaliste américain, auteur des ouvrages : « Le petit livre du talent : 52 conseils pour améliorer vos compétences » et « Le Code du talent : grandeur n’est pas innée. Elle se cultive. Voici comment. »

Excellente nouvelle : nous pouvons apprendre presque tout, à condition de s’y investir. Comment procéder ?

Veuillez trouver ci-dessous cinq conseils pour améliorer vos compétences dans n’importe quel domaine : affaires, patinage artistique, danse classique, peinture, apprentissage des langues étrangères, négociations, prise de parole en public ou bien la faculté d’être un bon ami (et oui, cela s’apprend toute la vie ! ).

Développez tous les talents que vous désirez grâce à la myéline et les exercices approfondis !

 Nerve Cell. 3D. Neurons

« Apprendre la musique en lisant des ouvrages s’y rapportant est comme faire l’amour par courrier. » ~ Luciano Pavarotti

Daniel Coyle a observé de nombreux viviers de talents, a interrogé les professeurs les plus efficaces du monde entier et a analysé les bonnes pratiques des meilleurs centres de formations militaires et équipes sportives. Sa conclusion encourage : en effet, tout le monde peut devenir expert dans n’importe quel domaine, à condition d’y consacrer suffisamment de temps et d’énergie.  En bref, le talent n’est pas inné, mais se développe. Toute capacité se résume à un ensemble de circuits neuronaux. Quand nous forgeons une nouvelle habitude, les connections dans notre cerveau deviennent de plus en plus fortes et rapides. Cela est possible grâce à la « myéline » – une substance qui protège les fibres nerveuses de la même manière que l’enveloppe isolante le fait pour les fils électriques. Chaque répétition réussie ajoute une couche de myéline, par conséquent les nouveaux circuits neuronaux se développent et le signale voyage plus rapidement et sur la bonne trajectoire. En effet, la pratique rend parfait, mais pas n’importe quelle pratique. Coyle recommande des exercices approfondis à savoir à un niveau de difficulté frôlant la limite de nos aptitudes, presque hors de notre portée. De plus, il insiste sur l’importance des répétitions minutieuses et conscientes.

Fixez le regard sur le modèle.

Learn Vintage Letterpress Type in Drawer

« Qu’est-ce que la capacité d’apprendre, sinon un aspect de l’éternité ? » ~ Mircea Eliade

L’auteur recommande de trouver quelqu’un qui excelle dans le domaine qui nous intéresse. Il est crucial d’avoir un modèle à suivre. Cela nous permet de bien définir notre objectif, nous donne l’espoir qu’il est possible d’y parvenir et crée l’étincelle : une énergie puissante qui nous met sur les rails vers une meilleure version de nous-mêmes.  La passion et l’enthousiasme sont contagieux. Quand vous regardez quelqu’un qui aime son métier et transmet son savoir avec joie, cela vous motive et vous donne des ailes. De plus, il faut des pionniers qui battent des records pour la première fois quand tout le monde pense que c’est impossible. Ensuite, les croyances changent, la notion du possible s’élargit et les autres obtiennent les mêmes résultats, auparavant perçus comme inatteignables. Trouvez-vous un modèle et observez-le attentivement, en personne ou bien via des vidéos sur YouTube. Mettez-vous dans sa peau, étudiez ses stratégies, sa manière de procéder, sa façon d’être, sa mimique, sa gestuelle, son aura, en bref, côtoyez les meilleurs, regardez-les scrupuleusement et inspirez-vous en !

Célébrez vos échecs et soyez prêts à passer pour un idiot.

 Young girl making face in front of blackboard

« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre en enthousiasme. » ~ Winston Churchill

L’enfant prodige est un mythe. Les compétences s’acquièrent à force d’un travail acharné, discipliné et régulier. Le succès est comme une partie émergée de l’iceberg. Ce que nous voyons, c’est le résultat, mais nous ne savons rien sur ce qui s’est passé avant. En effet, avant l’excellence il y a un long apprentissage par essais et erreurs. Ces dernières ne sont pas des fatalités. Au contraire, elles constituent une précieuse source d’informations. De nombreuses personnalités servent d’exemples que les échecs constituent des piliers de réussite. Michael Jordan a été exclu de son équipe universitaire durant sa deuxième année d’étude, un rédacteur en chef d’un journal a licencié Walt Disney pour faute grave : manque d’imagination. :-) J.K. Rowling, avant d’écrire le premier volume d’Harry Potter, était une mère célibataire vivant d’allocations sociales. La liste continue.

En effet, l’erreur fait partie intégrante de l’apprentissage. Soyez prêts à tomber, puis à vous relever à maintes reprises ! Ignorez les commentaires négatifs – y compris ceux que vous vous servez vous mêmes, concentrez-vous sur un petit pas, une simple action à la fois, grâce à cette amélioration continue, vous allez performer de mieux en mieux.

Osez vous exposer – soyez fous et libres, acceptez vos imperfections. Vous vous aventurez sur un terrain glissant, vous êtes comme un enfant qui apprend à marcher. Vous avancez à pas de loup, par peur de vous tromper. Relaxez-vous, inspirez profondément et faites-vous confiance.

Vous allez vous sentir mal à l’aise. Les gens vous prendront pour un idiot. Quand je commençais à apprendre le français, même parfois encore à ce jour, il m’arrive de faire des fautes de langues. La réaction varie selon l’interlocuteur : rire, embarras, confusion ou bien « oh là, là, elle n’a pas l’air trop intelligente cette blonde à l‘accent bizarre.. ». :-)

Je ne suis pas la seule à faire cette expérience et il m’est facile de juger de la même manière, même inconsciemment, certaines personnes débutant dans une langue étrangère. Au départ notre vocabulaire est restreint, nous n’arrivons pas à exprimer la complexité de nos idées, nos phrases restent basiques, simples, maladroites. C’est avec le temps et la pratique que viennent : l’aisance, la joie et la fierté de maîtriser une langue qui nous était auparavant complétement obscure.

Multipliez et savourez vos échecs, et moquez-vous de votre maladresse, ils vous serviront de tremplin vers votre réussite !

Trouvez votre point idéal et enlevez votre montre !

cinque sveglie vintage

« Qu’une chose soit difficile doit nous être une raison de plus pour l’entreprendre. » ~ Rainer Maria Rilke

Coyle nous encourage à trouver notre « point idéal ». Il décrit trois espaces en fonction du niveau de difficulté :

  • La zone de sécurité : le pourcentage des tentatives réussies s’élève à 80% ou plus, vous vous sentez complètement à l’aise et en contrôle ;
  • Le point idéal : vous êtes engagés dans un combat intense, vous êtes conscients de vos erreurs et vous essayez de refaire l’action correctement, vous êtes concentrés et présents, vous êtes au bout de vos capacités ; vous réussissez entre 50% et 80% des fois ;
  • La zone de survie : vous êtes complétement perdus et désespérés, au bout de vos forces, vous atteignez l’objectif très rarement et par pur hasard ; vous ne comprenez rien et vous avez envie de fuir ou vous cacher, vous réussissez une fois sur deux au mieux, souriez, vous êtes sous une caméra cachée, dans votre zone de panique ! :-)

Le point idéal vous offre un espace optimal pour développer vos compétences, vous ne vous ennuyez pas, vous n’êtes pas non plus complètement confus. C’est un endroit stimulant et positif qui vous permet de grandir en toute beauté.

Quand vous êtes dans votre point idéal, enlevez votre montre. En effet, il n’est pas utile de penser en « temps », mais plutôt en « nombre de répétitions ». Au lieu de « pratiquer le piano pendant 15 minutes », dites-vous plutôt « je vais jouer cette chanson cinq fois ». Ce sera plus productif et vous apprendrez plus rapidement.

Préférez 5 minutes par jour à une heure par semaine.

Adorable boy back to school and smiling in class

« Nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude » ~ Aristote

L’auteur nous propose de nous exercer moins longtemps et plus souvent ; d’apprendre une nouvelle compétence comme si nous dégustions un morceau de chocolat tous les jours au lieu de dévorer toute la tablette une fois par semaine. Cela permet à notre cerveau de créer de nouvelles connexions neuronales d’une manière plus efficace grâce à des intervalles plus adaptés entre différentes sessions d’apprentissage. Les répétions régulières facilitent la mémorisation et la formation d’une nouvelle habitude. Cette dernière, selon Coyle, met environ 30 jours à s’installer.

De plus, des sessions d’entraînement plus légères évitent la fatigue, assurent le niveau de concentration optimale et par conséquent une meilleure efficacité. En effet, l’épuisement freine un apprentissage réussi.

****

Pour conclure, tout talent se développe par des exercices approfondis, intenses et réguliers, mesurés en nombre de répétitions réussies et plutôt de courte durée afin d’éviter l’épuisement. Il est conseillé de trouver le juste niveau de difficulté pour être au maximum de ses facultés, de s’autoriser à commettre des erreurs et d’en tirer les enseignements. Chacun a besoin d’un modèle qui va l’inspirer, le motiver et lui montrer le chemin à suivre.

****

Quels talents souhaitez-vous déployer ?

Quels conseils vous semblent pertinents ?

Quand et comment vous allez les tester ?

****

Bon apprentissage !

C’est la première partie d’une série de trois articles sur le développement des talents.

La deuxième partie se trouve ici.

Lire la suite